Accueil Patrimoine mondial de l'Unesco

Patrimoine mondial de l'Unesco

 

 

Le territoire concerne :


- 2 régions (Centre, Pays de la Loire),
- 4 départements (Loiret, Loir-et-Cher, Indre-et-Loire, Maine-et-Loire),
- 6 agglomérations (Orléans, Blois, Tours, Chinon, Saumur, Angers),
- 11 pays,
- 1 parc naturel régional (PNR Loire-Anjou-Touraine),
- 160 communes dont 58 communes en Indre-et-Loire

Il accueille une population de plus d’un million d’habitants.

Cependant, les retombées de cette inscription se répercutent bien au-delà du périmètre inscrit, et de nombreux monuments et communes bénéficient de ce pôle d’attraction.

L’inscription du Val de Loire au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2000 constitue une reconnaissance internationale et consacre les efforts menés à l’échelle du bassin de la Loire, en particulier depuis 1994 avec la mise en œuvre du premier Plan Loire Grandeur Nature.


Qu’est-ce que la Liste du patrimoine mondial ?

« L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) encourage l’identification, la protection et la préservation du patrimoine culturel et naturel à travers le monde considéré comme ayant une valeur exceptionnelle pour l’humanité. Cela fait l’objet d’un traité international intitulé Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel, adopté par l’UNESCO en 1972. »

Cette convention définit ainsi le lien entre culture et nature, intègre le développement et la conservation, et enfin mobilise la solidarité internationale.


Pourquoi le Val de Loire a-t-il été inscrit ?

Le Val de Loire a été inscrit comme paysage culturel évolutif et vivant.

Définitions d’après les Orientations devant guider la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial :

  • « Les paysages culturels sont des biens culturels et représentent les « œuvres conjuguées de l’homme et de la nature » mentionnées à l’article 1 de la Convention. Ils illustrent l’évolution de la société humaine et son établissement au cours du temps, sous l’influence des contraintes physiques et/ou des possibilités présentées par leur environnement naturel et des forces sociales, économiques et culturelles successives, externes aussi bien qu’internes. »

 

  • Un paysage culturel évolutif « résulte d’une exigence à l’origine sociale, économique, administrative et/ou religieuse et a atteint sa forme actuelle par association et en réponse à son environnement naturel. »

 

  • Un paysage vivant est un paysage qui conserve un rôle social actif dans la société contemporaine, étroitement associé au mode de vie traditionnel et dans lequel le processus évolutif continue. »

 

 

 

 
Pour plus d'informations : www.valdeloire.org